Une session exhib au soleil qui dévie…

Une séance de bronzage exhib dans mon jardin devant une voisine très coquine. Et une voisine décidément très entreprenante et pleine de surprises…

Avoir une voisine voyeuse et coquine dont le balcon donne directement sur mon jardin était une chance folle, cela faisait énormément l’objet de mes fantasmes et occupait en ce moment ma vie sexuelle. Je débordais toujours d’imagination pour créer de nouveaux scénario exhibitionnistes et faisais semblant de ne pas voir qu’elle se prêtait au jeu de la voyeuse.

Je m’appelle Sandra, j’ai 30 ans et vit seule depuis quelques mois, ma libido est toujours de plus en plus forte ces temps-ci et les beaux jours commencent à faire leur apparition ce qui n’arrange rien…

Un mercredi après-midi, alors qu’il faisait un temps magnifique, j’avais pris une après-midi de congés. Je me rendis compte depuis la fenêtre de mon séjour que la baie vitrée qui accédait au balcon de ma voisine était ouverte. Une serviette était installée sur un transat. Sans me poser de questions, je positionna une petite caméra derrière ma fenêtre en direction de son balcon et je m’installa rapidement nue dans mon jardin, le corps bien huilé. J’eus tout juste le temps de m’allonger sur le ventre, les fesses bien tendues et brillantes, exposées à moins de 10 mètres du balcon de ma voisine.

Je savais que mon cul était un de mes plus beaux atouts, les hommes et les femmes avec qui j’avais eu des aventures tarissaient d’éloges sur ce cul bombé et lisse, fendu par une raie sans fin et qui appelait au viol et à la débauche. D’ailleurs, sans le rechercher forcément, mes rapports s’achevaient systématiquement en levrette, mes partenaires aimaient me pénétrer ou me goder profondément la chatte ou l’anus tout en admirant ma croupe offerte et sans défense.

Après quelques minutes de bronzage, je commençais à sentir le désir monter en moi. J’imaginais que cette voisine bien vicieuse, qui devait avoir environ 45 ans, ne détachait pas ses yeux de mon cul et que ses doigts avaient pris la direction de son clitoris en feu. Je l’avais croisée il y a une semaine à la boulangerie et j’avais senti dans son regard et sa démarche qu’elle avait une libido débordante…

Toujours installée sur le ventre, je finis par élever quelque peu mon bassin, pour exposer encore plus mon cul et glissa ma main gauche dans mon entre jambes. Je mouillais comme jamais et sentis le désir monter très rapidement en moi, il m’aurait fallu peu de caresses encore pour jouir comme une folle en plein soleil, mes fesses commençaient à rougir de désir ou à cause de ce généreux soleil de mai. Je ne savais plus comment me sortir de cette situation si excitante, j’étais à deux doigts de l’orgasme mais ne souhaitais pas me laisser aller jusqu’à ce point. C’est alors que j’entendis une sonnerie de téléphone, cela ne pouvait venir que de chez elle. J’entendis sa voix lointaine, elle était en train de répondre depuis l’intérieur de son appartement. J’en profitais pour quitter mon lieu d’exhibition, impatiente que j’étais de découvrir les images filmées par ma caméra.

Je reprenais un peu mes esprits, installé confortablement dans ma cuisine devant mon PC. Et lança la lecture de la vidéo. Il y avait quelques minutes entre le début de la vidéo et le moment où mon exhibition commençait alors j’en profita pour aller au frigo me servir un bon verre d’eau fraîche. C’est alors qu’on sonna à ma porte. Je courus me vêtir d’un short et un débardeur et ouvrit la porte. C’était ma voisine !

  • « Bonjour » dit-elle
  • Je rétorqua un « bonjour Madame » franc et confiant malgré mon état de surprise et de gêne.
  • « Je souhaiterais profiter de votre beau jardin, est-ce que cela vous dérangerait ? Mon balcon est malheureusement mal orienté l’après-midi pour une séance de bronzage et j’ai vu que vous profitiez bien de ce beau soleil »

Je fus très surprise, cela semblait si culotté de sa part… Mais je n’eus pas la force de refuser et la fit entrer. Le temps de fermer la porte je la retrouva en train de se regarder devant mon PC ! Quelle gaffe, j’avais oublié que la vidéo était en lecture !

  • « Je vois que tu es une belle petite exhibitionniste, tout ça était prémédité alors petite vicieuse »

Je ne pus sortir un mot…

  • « Pourquoi m’as-tu filmée ? J’imagine que tu voulais filmer ma réaction, voir si je me régalais du spectacle que tu m’offrais. As-tu fais la même chose quand tu as étendu ton linge nue à mes yeux la semaine dernière ? »
  • « Non Madame, je… »
  • « Tu mériterais une bonne correction »

Je n’en revenais pas, d’un geste sûr et bref elle abaissa mon short qui tomba sur mes chevilles, elle me prit par le bras, s’assit sur une chaise de la cuisine et me bascula sur ses cuisses, le cul encore rougit par le petit bain de soleil d’il y a quelques minutes. Elle releva mon débardeur jusqu’aux omoplates et se mit à me fesser violemment ! Je sentais mes fesses rougir après seulement quelques tapes et avec le léger coup de soleil que je venais de choper la douleur était encore plus vive ! Après quelques secondes je finis par apprécier cette situation, il n’y a rien à faire, dès que j’ai le cul exposé de la sorte je me mets à mouiller comme une chienne en chaleur, et le fait de sentir son regard fixé cette fois-ci à quelques centimètres de ma raie m’excitait au plus haut point.

Elle stoppa après une trentaine de fessées, me releva et abaissa sa jupe et son mini-string de bain. La salope ! Elle comptait venir se faire bronzer dans un maillot aussi indécent chez une voisine inconnue ?! Elle m’agenouilla et appuya ma tête contre sa chatte, sa mouille était abondante et sentait si bon que je ne pus m’empêcher d’y introduire la langue. Je la léchait, la pénétrait avec ma langue et ses gémissements m’excitaient de plus en plus. Elle sortit de son sac de plage un gode ceinture ! Cette voisine était décidément très surprenante ! Elle l’enfila en moins de deux, comme si elle faisait ça dix fois par jour, elle me renversa sur la table de la cuisine, étala ma mouille sur mon petit orifice et m’enfourcha avec son gode.

  • « Pas par là, pas dans mon cul ! » je m’écria
  • « Tu vas aimer cela, je vois bien que tu as l’habitude de te faire enculer, alors ne joue pas la sainte ni touche ! »

Elle n’avait pas tort, c’était en quelque sorte un réflexe de pudeur mais en fin de compte dès que je sentis le bout de son gode s’enfoncer entre mes fesses je ressentis encore plus de plaisir que d’habitude… Je sentais ses mains douces sur mes hanches et les va-et-vient était experts et maîtrisés. Elle me comblait, me remplissait le cul et cela me procurait un plaisir encore jamais atteint. Je jouis par le cul comme jamais… Des frissons parcoururent mon corps pendant plusieurs secondes depuis mes orteils jusqu’à ma nuque. Mon cul était ouvert, offert et obscène… Elle finit de me combler en me caressant les fesses et en étalant ma mouille partout sur le cul.

Elle pris son sac et alla s’installer dans le jardin en string comme une maîtresse perverse satisfaite de m’avoir dominée et baisée.

Quelques minutes plus tard je ne pus m’empêcher de m’offrir un autre orgasme en me caressant devant mon PC quand je me rendis compte que cette salope s’était caressée totalement à poil en me regardant depuis son balcon…

Auteur : Sandra59

Laisser un commentaire