Shopping, surprise et imprévus

Tu te promènes dans la ville, faire du shopping te fait du bien, quand tu as envie de séduire, ta recherche vestimentaire est sans limite, chaque vêtement est choisi dans un seul but, exciter, mettre en valeur ton corps des pieds à la tète, lingerie et escarpins rien n’est laissé au hasard. Ton appétit sexuel et exacerbé ces dernières semaines, ton imagination t’emmène vers des fantasmes qui te trouble…

Tes envies sont incontrôlables en ce moment et cela te plait. Chassant ces pensées rapidement de ton esprit, tu t’engages dans une rue piétonne en direction d’une nouvelle boutique que tu ne connais pas. La rue est très fréquentée, la foule est dense aujourd’hui dans ce tumulte ton regard accroche un sexe toy en vitrine d’un petit sexshop, sa vue te procure une étrange sensation que tu traduis par un large sourire, soudain tu te sens légèrement bousculée craignant un pickpocket tu resserres ton sac à main. Tu aperçois furtivement l’homme qui t’a bouscule « Mufle penses-tu ! » puis arrivant devant ta boutique tu as déjà oublié l’incident. Flânant devant les rayons, tu flash sur une guêpière noire à laçage dans le dos, tu choisis ta taille, toujours difficile de trouver pour toi, par chance il en reste une, serait-ce un signe !!!

Tu décides de l’essayer et de prendre le string et les bas coordonnés. Dans la cabine tu te déshabilles pour passer le string puis la guêpière. Te regardant dans le miroir tu te trouves très sexy, décidément elle te va comme un gant cette petite chose, en te penchant pour enfiler les bas tu aperçois une petite enveloppe format carte de visite qui dépasse de ton sac a main !!! Surprise tu la saisis, tu l’ouvres, une carte de visite vierge, une phrase écrite à la main « Vous me faites bander comme un fou 0635227845 », soudain tu comprends la bousculade. L’homme en fait ! Pas un pickpocket, c’est lui qui a déposé cette carte. Tu te regardes dans la glace dans cette tenue terriblement sexy avec cette carte à la main. Violemment surprise à l’idée de faire bander un homme inconnu, imaginant un sexe tendu et rempli de désir, ton esprit part en vrille. Des odeurs de sexe, des parfums intimes, le goût de la semence d’un mâle, la sensation d’un membre dans ta main, ton envie de le masturber, d’engloutir un gland entre tes lèvres, une série de flash traverse ton esprit, tu ne peux contrôler une foudroyante excitation, tu luttes en posant ta main sur ce string qui porte encore son étiquette mais en vain il est trop tard tu te sens irrésistiblement jouir, ta chatte inonde ce petit bout de tissu, ton clitoris incontrôlable se frotte et s’excite au contact de la fine dentelle, jouir dans une cabine d’essayage, pas commun pourtant cela vient de t’arriver et tu viens d’y prendre un plaisir aussi intense que bref, cependant c’est de la frustration que tu ressens, irrésistiblement ta mains droite est attirée vers ton clitoris, tes doigts glissent sur ton pubis, l’extrémité de ton index frôlant ton clitoris déclenche un désir fou de jouissance. Cet inconnu, cette phrase brûlante, ton imaginaire s’enflamme à nouveau, il bande, tu imagine une verge longue et dure, tes lèvres s’ouvrent, ruinant définitivement ce string que tu ne pourras pas exhiber à la vendeuse, cette simple pensée déclenche un flot de cyprine, tu es trempée de ta mouille et tu dois jouir en silence ce que tu réussis avec succès, tu t’assoies sur le petit tabouret face au miroir, tu as toujours dans la main gauche cette carte qui a tout déclenché en toi et tu te regardes encore tremblante de plaisir. Tes cuisses sont légèrement écartées, tes sécrétions ont largement débordé de la fine bande de dentelle noire sensée cacher ton intimité, tu sens toujours ton clitoris en feu réagir au moindre mouvement que lui procure le contact sur la dentelle tu te surprend même à sentir ton petit orifice se dilater anormalement, ce n’est pourtant pas habituel chez toi, mais aujourd’hui tout semble différent même ce sentiment de sodomie te procure à nouveau une douce coulée. Tu reprends doucement tes esprits, te rhabilles en gardant se string souillé sur toi, tu sors de la cabine pour passer en caisse, à chaque pas ta vulve coule comme une folle, loin d’être gênée au contraire cela entretien ton état d’excitation, la vendeuse fait le compte la guêpière, les bas elle te regarde tu lui dis avoir gardée le string sur toi, elle sourit tu lui réponds par un autre sourire en te disant qu’elle a une bien jolie bouche, à nouveau ce flash déclenche une abondante coulée entre tes lèvres. Impudique et sans retenue, tu profites de la boutique vide de cliente pour tester ton charme sur cette jolie vendeuse aux lèvres pulpeuses. Un regard lubrique, tu la sens réceptive à ton avance sans un mot, tu lui offre tes lèvres qu’elle accepte sans hésitation, le contact de ces lèvres féminines déclenche à nouveau une rapide excitation. Tu lui prends la main pour la guider vers ton sexe inondée, tu jouis instantanément sous la douce caresse de ces doigts que tu souilles abondamment de ta mouille. Tu ne peux t’empêcher de sourire en constatant son étonnement, après un bref baiser, tu la remercies et la laisses pensive devant sa main couverte de toi. De retour dans la rue, tu ressens une étrange sensation de liberté et de domination, à nouveau un flash, cet homme est-il encore proche de toi ? Peut-être est-il derrière toi à te mater les fesses, tu te dis que si c’est la cas il doit bander très fort cela te fait sourire. Tu rejoins rapidement ta voiture. Tu reprends la carte de visite tu relis le texte assise au volant, tu sens encore ta vulve inonder ton entrejambe, impossible de maîtriser cette fontaine, sentiment de plaisir et de frustration, tout ce mêle. Ces doigts de femme sur ton clitoris, la promesse de ce sexe d’homme en érection, tout cela c’est passe si vite, 15 minutes au plus qui ont bousculé tes certitudes, une question te torture maintenant; j’appelles ou je n’appelles pas ?

Arrivée devant la porte de l’appartement, les flashs de l’après-midi te reviennent, la cabine d’essayage, les orgasmes violents et successifs, cependant tu ne ressens aucune crainte ni honte, tu sais pourquoi tu es là, tu en as envie et tu es impatiente d’assouvir ton besoin de sexe. Cette voix au téléphone lorsque tu as appelé t’a rassurée. Pas une longue conversation, juste une adresse brièvement détaillée, ce mystère qui continue n’a fait qu’accroître ton désir, désir d’ailleurs qui ne t’a pas quittée, tu as gardé sur toi ce string trempé et souillé, enfilé cette jolie guêpière et les bas achetés dans cette boutique et maintenant tu te trouves sur le pas de la porte d’un inconnu avec qui tu vas échanger du sexe. Nouveau flash et une fois encore tu sens déjà ta fente s’ouvrir, laissant couler tes sécrétion dans ce pauvre string qui n’en peut plus de te recevoir. Tu sonnes sans la moindre appréhension, la porte s’ouvre sur un bel homme, grand la cinquantaine bien portée, tout à fait ton genre, cependant tu remarques un petit détail surprenant, cet homme est totalement nu et comme promis sur sa carte il présente une impressionnante érection. Sa queue est énorme, totalement épilée, les veines gorgées de sang, le gland violacé et largement décalotté, sans hésiter une seconde tu pénètres dans l’appartement, passes devant lui en saisissant fermement cette verge tendue, ce que tu as imaginé toute la journée est maintenant dans ta main, tu l’attires vers toi tout en te mettant à genoux devant lui. Ta main le masturbe vigoureusement, la vue de son gland violet de désir déclenche à nouveau une grande coulée entre tes cuisses, irrésistiblement attirée par ce gland, ta bouche l’enfourne sans aucune hésitation, tes lèvres se serrent sur ce membre pendant que ta langue caresse doucement son gland qui remplit complètement ta bouche, il te prend ta tête entre ces mains pour cadencer ta masturbation buccale. Sentant son désir prêt à exploser, tu serres fortement sa verge en te retirant tu aperçois au bout du gland la première petite goutte perler, tu la lèches et l’avales délicatement. Te redressant face à lui, il retrousse ta robe et plonge sa main dans ton string, tu souris en constatant autant de surprise que de plaisir lorsqu’il découvre à quel point tu es mouillée et surtout la taille et la consistance dur de ton clitoris, cette situation et ce contact rapide sur ta fente déclenchent un jet de cyprine très chaud qui macule sa main et s’écoule le long de l’intérieur de tes cuisses. Un instant tu te trouves très salope mais qu’importe, tu assumes et tu prends beaucoup de plaisir. Te prenant par les épaules il te fais avancer devant lui en direction de la chambre, chaque pas qui te rapproche de ce lit inonde ta chatte qui devient fontaine incontrôlable, ton clitoris énorme déborde largement de son fourreau et te fait mal tellement il est tendu. Tu sais que tu vas bientôt rajouter un nouveau chapitre au mot salope car à cet instant non seulement tu es salope mais pire encore, tu en veux encore plus, au bord du lit, il te libère de ta robe, sa main droite toujours entrain de se masturber devant toi, tu es incapable de quitter ce sexe des yeux, tu as toujours éprouvé beaucoup de plaisir à voir un homme se branler. Impatiente de le sentir te fourrer, maintenant tu ne penses plus qu’à ça, le sentir en toi chaud et dur. Il te détaille avec insistance, tu sens son regard lubrique se poser sur toi, pas un centimètre de ton corps ne lui échappe, il te pousse sur le lit, écarte tes cuisses en arrachant ton petit string, s’agenouille face à toi et entreprends doucement ton entrejambe, écartant tes fesses pour découvrir l’intégralité de ton intimité; ton clitoris turgescent, ta fente, les lèvres ouvertes et inondées. Tu ne peux empêcher une légère contraction de ton anus qui ne lui échappe pas, cette réaction te procure un plaisir inconnu, tu as envie qu’il te sodomise, tu es prête à lui demander, tu es fière de te sentir aussi salope, tu as tout simplement envie de tout les plaisirs et tu les obtiendras. Il prends ta vulve à pleine bouche en massant ton clitoris avec un pouce l’autre pouce mouille et masse ton anus. Tu t’abandonnes totalement à ses caresses, tous tes orifices s’ouvrent et se dilatent, inondant sa bouche avec abondance. Totalement abandonnée à ton plaisir, tu es surprise de sentir un gland se poser sur ta bouche, ouvrant les yeux tu es surprise de me voir au dessus de toi nullement gênée de la situation tu comprends très vite que je ne suis pas étranger à tout ce qui t’est arrivée dans la journée. Tu engloutis mon gland dans ta bouche, ta langue me masturbe avec douceur et tu me sens grandir et forcir entre tes lèvres. L’homme s’allonge sur le dos, sans hésitation tu t’empale sur son membre géant qui te dilate complètement le vagin tellement il est large. Si long aussi que tu le sens toucher le fond de ta chatte, pendant que je passe derrière toi écartant ta petite fleur je force doucement ton anneau pendant que sa large et longue verge te défonce la chatte, tu es maintenant totalement remplie, dilatée comme jamais, nos deux sexe vont et viennent en toi sans retenue pendant de longues minutes. Tu profites de cette intense sensation, deux sexes qui te défoncent totalement ta vulve éclatée et ton anus indécemment ouvert, ton plaisir explose provoquant un orgasme violent. Tu te contractes en lâchant une très forte éjaculation que tu vois se répandre sur son ventre, puis tu ressens une grande chaleur intérieure t’envahir le ventre et l’anus nous avons tous jouis ensemble. Ta mouille et nos spermes se mêlent entre tes cuisses, il se retire, disparaît dans la salle de bain, se rhabille et quitte l’appart, nous laissant seuls sur le lit. Je t’allonge sur le dos, passe ma main sur ta vulve encore secouée de spasmes, tes orifices encore dilatés laissent couler la semence masculine qui s’écoule doucement entre tes fesses. J’en profite pour masturber doucement ton clitoris qui réagit instantanément à ces caresses, ton plaisir revient rapidement, je te sens bouger à nouveau et chercher la jouissance parfaite qui arrive doucement au moment où nos lèvres se mélangent dans un long baiser. Un long orgasme te secoue et te raidit, les spasmes sont longs et profonds, ta bouche laisse échapper un râle de plaisir, les contraction vaginales et anales que tu ressens achèvent de te vider de notre semence, tu es couverte d’un mélange de cyprine et de sperme. Tu es bien, tu es belle, tu as joui comme une folle, je pose mes lèvres sur ton clitoris et le caresse avec ma langue en nettoyant de ma bouche ton sexe et ton petit anneau encore meurtris par ces assauts.

Proposée par Agent-prococateur

2 réflexions au sujet de « Shopping, surprise et imprévus »

Laisser un commentaire