Au restaurant

Nous avons rendez-vous dans un chic restaurant du centre-ville. J’arrive à l’heure convenue et nous échangeons des regards complices en nous complimentant chacun notre tour comme des objets d’admiration.

Nous devinons nos pensées, chacun de notre côté, sans avoir à en discuter, seulement avec le regard. Nous dégustons lentement notre délicieux repas accompagné d’une délicieuse bouteille de vin. Tu enlèves une de tes chaussures pour faire glisser ton pied explorateur le long de ma jambe et le fais atterrir sur mon sexe que tu sens s’éveiller.

Tu titilles mon sexe avec ton pied tout en douceur. Le dessert arrive. Tu remets ta chaussure et te délectes de ce magnifique dessert qui s’ouvre à toi sous tes yeux affamés. Tu le savoures langoureusement sous mes yeux avides d’autres choses. Tu le dégustes doucement, me laissant imaginer que c’est autre chose que tu manges. Tu fais semblant de rien et je suis très excité par ce petit jeu de séduction. Je décide de venir m’asseoir près de toi. Très subtilement, je glisses ma main sous tes cuisses pour les entrouvrir doucement mais fermement. Je suis surpris, ce sera facile, tu ne portes pas de sous-vêtements. Mes doigts débutent leurs délicates caresses qui te font sourire puis subitement un, puis deux, doigts sombrent en toi, fouillant ton intérieur chaud, humide et tu es excitée par mes délicieuses caresses. Cette démonstration en public est exaltante ! Peut-être même donnons-nous à certaines personnes l’idée de se caresser sous les tables… L’addition arrive enfin, j’ai encore ma main sous ta fine jupe de soie couleur rose d’été, très légère, portée avec de longues bottes de cuir noires et un chemisier noir entrouvert, laissant paraître ton soutif. Nous sortons du restaurant, légèrement engourdis par le vin et notre petit jeu a éveillé tous nos sens. Tu as un regard mielleux et certainement très pervers. Nous sommes joyeusement euphoriques. Tu m’embrasses alors à me couper le souffle. Tu es séduite par ma prestance. Tu me sers contre toi sentant mon sexe se raidir sous mon pantalon. Tu le sens sur ton ventre. Nous sautons dans ma voiture. Je suis au volant et nous avons quelques minutes avant d’arriver chez toi. Tu défais mon pantalon pour dévoiler ma bite dans toute sa splendeur et tu le glisses dans ta bouche, délicatement. De tes mains, tu exerces de légères et fermes pressions sur ces mignonnes testicules que je possède. Tu ne peux résister à l’envie de plonger ce sexe bien dur dans la profondeur de ta bouche.

Tu me branles, tu masses mes testicules, tu mouilles tes doigts de ta langue et me caresse l’anus du même coup. Tu reviens sur mon pénis, titilles mon gland et tu vas de plus en plus vite, avec des mouvements de plus en plus saccadés. Je te dis d’arrêter parce que je vais jouir. Rendons-nous à la maison d’abord ! Nous arrivons à la maison et montons très rapidement les quelques degrés qui mènent en face de ton immense lit, prêt à m’accueillir. Tu es ensorcelée par moi et mon sexe veut au plus vite être en toi. Tu allumes le poste de radio, tu as un gros faible pour les slows langoureux suivis d’une pléiade de moments cochons, érotiques, d’envies de sexe, de sexe l’un sur l’autre. Tu sens se raidir sur toi ma bite, prête à défoncer mon pantalon.

Tu laisses tomber délicatement ta jupe par terre, ton chemisier. Tu le détaches très lentement devant moi. Tu te retrouves uniquement vêtue d’un soutien-gorge de dentelle noir et tes jambes, revêtues de tes longues bottes de cuir, m’affolent. Tu suis derrière moi, tu me plaques au mur fermement en tenant mes bras vers le haut. Je ne peux rien faire. Je suis face au mur et tu me déshabilles rapidement. Je me retrouve nu, aussi. Tu enlèves ton soutien-gorge. Il ne te reste plus que tes bottes de cuir. Tu exerces de fortes pressions sur mon corps, embrasses mes belles et douces épaules, descends avec ta langue le long de mon dos splendide pour la faire atterrir sur mes fesses rondes et excitées. Tu décides que tu as très envie de m’asseoir sur ton lit. Et tu t’assoies sur mon sexe en érection mais sans le faire pénétrer en toi bien sûr. Tu veux m’exciter le plus longtemps possible mais ma queue est très bandée et je te demande de l’insérer dans ta chatte mouillée et prête à exploser. …

Lire la suite

Laisser un commentaire